NEWS

Exposition Das Ich
OFF
Sur Couthures, il y a aussi du Off ! Pendant toute la durée du festival, James Tinel, plasticien originaire de Couthures, proposera son exposition "Das Ich" dans la demeure de ses grands parents.

« J’ai puisé une part de mes origines dans cette maison au coeur du village de Couthures-sur-Garonne, celle de mes grands parents, de mon père. Vide depuis des années, ils ne sont plus là, et ce lieu clos et fermé des étés de mon enfance s’ouvre désormais au monde.
Je m’y installe temporairement pour y présenter des œuvres traitant dans une certaine mesure de cette filiation, et au travers de cela, poser un questionnement plus large sur l’identité qui nous caractérise, l’empreinte, la transmission, la falsification et parfois le mensonge. »

La Suisse à Couthures

Les amis suisses parlent de nous. Venez rencontrer des journalistes du journal suisse Le Temps tous les jours au festival. Stéphane Benoît-Godet et Gaël Hurlimann, rédacteurs en chef du Temps et Richard Werly, Correspondant à Paris, interviendront tous les jours au Kiosque international de la presse. Ils nous éclaireront, en compagnie d’autres journalistes étrangers, sur ce qu’ils pensent de notre pays.

Un camping tout confort

Vous venez léger au festival mais souhaitez profiter du camping en bord de Garonne ? Réservez un tipi coloré, une tente jolie, un sac de couchage tout chaud, un oreiller moelleux et même une serviette de bain auprès de notre partenaire Sleep em all. Outre les sanitaires partagés avec le camping juste à l’entrée du festival, vous bénéficierez d’une cuisine ouverte en permanence et un espace-salon pour recharger votre téléphone.


Vous pouvez réserver directement sur leur site : www.sleep-em-all.com/fr/evenements/festival-intl-du-journalisme-vivant-2017

Dans quel monde on vit
Emission Radio
de Giulia Foïs
du lundi au vendredi, à 9h
sur France Inter

Plongez dans l’univers de quelques un-e-s de nos invité-e-s sur France inter.

C’est au micro de Giulia Foïs que ça se passe, à 9h :

 

Vendredi 07 juillet : Ken, photographe de rue, avec Christian Page

Lundi 10 juillet : Emmanuelle Grundmann, primatologue, avec Pascal Picq

Vendredi 21 juillet : Charlotte Faure, paysagiste, avec Alain Baraton

Mardi 25 juillet : Nassira El Moaddem, rédactrice en chef du Bondy Blog, avec Assa Traore

Puis en direct du festival, le jeudi 27 juillet à Couthures, avec notre marraine, la cantatrice Barbara Hendricks.

 

(credit photo : Radio France / Christophe Abramowitz)

Labo Revue Far Ouest

Revue Far Ouest installe son Labo au cœur des Ateliers de Couthures. Durant tout le festival, venez rencontrer les auteurs et journalistes de ce nouveau média en ligne qui raconte le Sud-Ouest à mi-chemin entre journalisme et feuilleton documentaire.

Au sein du Labo, vous pourrez découvrir les futures histoires qui sont actuellement en cours de production, échanger avec les auteurs, et, pourquoi pas, réfléchir avec eux à de futures collaborations.

De plus, Revue Far Ouest vous fait revivre les temps forts du festival : chaque jour, retrouvez sur facebook et youtube le « daily-recap » des meilleurs moments, et le programme des évènements à venir.

Le programme du Labo :
Chaque jour, à l’espace Gens de Garonne, une présentation de feuilleton en présence de l’auteur.

 

Jeudi 27 juillet 17h : Présentation du feuilleton « Bonnes Vacances au Chômage », par Mathieu Staub et Julien Campet
Darbo était la plus ancienne usine de transformation de bois des Landes. L’an dernier elle a mis la clef sous la porte. Un an auparavant, un groupe germano-suisse rachetait la société et promettait un plan d’investissement de 11,7 millions d’euros. Mais l’usine et ses 131 salariés n’en verront jamais la couleur. Pour Revue Far Ouest, Julien Campet et Mathieu Staub plongent dans le merveilleux monde des fonds d’investissements exotiques et des transactions financières opaques.

Vendredi 28 juillet 17h : Présentation du feuilleton « 20.000 Ans », par Clémence Postis
20.000 ans c’est le temps qu’il faudra pour effacer presque toutes les traces d’une catastrophe nucléaire.
« 20.000 ans » c’est le titre de notre premier docu-fiction sur les potentielles conséquences d’un accident grave à la centrale du Blayais. Un feuilleton réalisé par Clémence Postis, Sébastien Gendron et Camille Mazaleyrat.

Samedi 29 juillet 17h : Présentation du feuilleton « Tuer Manger », par Annabelle Basurko
« J’achète, je cuisine et je mange des animaux morts. La nature est là, dans mon assiette. Si je ne chasse pas, si je ne tue pas d’animaux mais que j’en mange, je dois accepter forcément qu’une personne tue pour moi. Comment assumer ma prédation ? Je ne sais pas s’il y aura une morale à cette histoire». Tuer Manger est un feuilleton vidéo tourné à la première personne par Annabelle Basurko. Nous la suivons dans une introspection intime, jusqu’à la question finale de son cheminement : sera-t-elle capable de tuer pour manger ?

Dimanche 30 juillet 17h : Présentation du feuilleton « Battre Monnaie », par Léa Ducré et Benjamin Hoguet
Peut-on vivre dans le Sud-Ouest sans l’euro ? Léa Ducré et Benjamin Hoguet partent en road-trip pour le découvrir. Un périple à vélo avec un défi : ne payer qu’en monnaie locale, voire en troc. Et essayer de ne pas dormir dans la nature, faute d’hôtel…

Le laboratoire allemand
Romy Strassenburg et Frédéric Lemaitre viennent à Couthures cet été avec un objectif ambitieux : proposer une autre lecture de l’Allemagne, et nous aider à mieux connaître ce grand voisin européen.

C’est quoi pour vous le journalisme vivant ?

Romy : Le journalisme vivant, c’est le fait de ne pas se contenter d’être journaliste avec le « statut ». C’est de vivre le métier tous les jours, dans les meilleurs des cas, sur le terrain et de porter à chaque interviewé, à chaque interlocuteur une curiosité et un sens d’écoute vivant.

Frédéric : Le journalisme vivant ? Pour moi, c’est un pléonasme.

Qu’est ce qui vous a plu dans ta thématique ?

Romy : L’idée que l’Allemagne – avec ses excès d’exportations – s’exporte aussi sous un angle journalistique et culturel, pour montrer qu’on a autre chose à proposer que des plans d’austérité !

Quel est l’objectif de votre atelier ?

Romy : L’objectif, c’est de repartir de Couthures en me disant que ceux qui ont participé à nos ateliers, auront une vision beaucoup plus prononcée de mon pays d’origine et que la prochaine fois qu’on leur parle de l’Allemagne, ils auront peut-être retenu un petit détail grâce à nous. Mais un petit détail qui peut faire toute la différence dans un débat …

Frédéric : L’intérêt de cet atelier est de permettre au public français de mieux comprendre ce voisin que l’on croît, à tort, connaître parce qu’il est géographiquement proche.

Comment avez-vous choisi ces invités ? Que vont-ils apporter ?

Romy : J’ai choisi ceux qui sont suffisamment fous pour embarquer dans un petit village et parler journalisme pendant 4 jours..es intervenants apporteront surtout une grande envie de participer :  en leur proposant de venir, la réponse c’était « JA » sans hésiter… pour un pays qui est souvent associé avec le « NEIN » ces dernières années, c’est quand même pas mal !

Frédéric : L’idée est de montrer les Allemands dans leur diversité.  Nos invités n’ont qu’un point commun, leur francophilie!

Parler de vin allemand, si près de Bordeaux, est-ce une sorte de challenge ?

Frédéric : Oui, clairement.

Romy : On saura après le festival si le pari du vin allemand a marché – mais à priori le vin, c’est toujours bien de n’importe de quelle provenance, non ?

Ensemble, réinventons le travail
L’été sera chaud, pas seulement au niveau du mercure, mais aussi sur la question du travail. Olivier Le Naire et Clémentine Lebon ont préparé un atelier sur ce sujet, en vous proposant de réinventer ensemble le travail. Devoirs de vacances au festival international du journalisme vivant !

 

C’est quoi le journalisme vivant ?

Un journalisme engagé mais respectueux des faits, et surtout proche de la réalité de la vie et des gens. Un journalisme qui raconte des histoires vraies aussi, pour dire la vie justement. Bref l’anti-journalisme parisianiste et de connivence.

Que dire sur votre thématique ?

Elle est d’une brûlante actualité et au cœur de tous les débats. Qu’il s’agisse des 35 heures, du partage du travail, du revenu de base, de l’ubérisation ou de la robotisation. Nos manières de travailler sont en train de changer, mais les façons de penser le travail, elles, n’ont pas évolué. Il faut avancer !

Qu’est-ce que vous imaginez réaliser lors des ateliers ?

Penser le travail de demain pour tenter de réconcilier nos rêves et les réalités de notre monde.

Comment avez-vous choisi les invités ? Que vont-ils apporter ?

Nos invités sont les témoins actifs de ces changements de société que nous sommes en train de vivre. Ils nous ferons partager leurs expériences et leurs réflexions de manière personnelle et vivante.

Comment s’inscrit cet atelier dans l’actualité de réforme du code du travail ?

La question du code du travail est la partie émergée de l’iceberg. Car au-delà des règles et des lois, c’est le changement inéluctable de notre rapport au travail qui est le vrai sujet.

Appel bénévolats

Le festival ne serait rien sans ses bénévoles, alors si cette année tu souhaites nous donner un coup de main, n’hésite pas à contacter Alexandra qui te trouvera mille manières de participer utilement à l’événement. Le mail : benevoles.ladc@gmail.com
Et un grand merci d’avance !

Nouvelle affiche

Une nouvelle affiche signée Cyril Dosnon, à retrouver dans les journaux partenaires !

Barbara Hendricks
Revue de Presse
Sud Ouest, mardi 11 avril 2017